Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 05:09

Cet escalier nous mène au fournil. Nous restons en admiration devant l'intérieur du four à pain !

 

sol.jpg


En effet, petit à petit, on va oublier le temps de faire son pain, même si cette pratique va perdurer très longtemps à la campagne.

Le fournil verra s'installer un boulanger et on va prendre l'habitude d'aller chercher le pain façonné par d'autres mains que celles de la maitresse de maison.

 

 

pain

L'homme coupait la pâte et en prélevait la quantité d'une tourte de pain qu'il allait déposer à bout de bras dans des corbeilles.

Elles étaient placées sous les édredons pour activer la levée, ou dans la chambre chaude jouxtant le four à pain, chambre ou le boulanger dormait pour ne pas manquer la cuisson, le village tout entier sera là pour juger de son travail.

Pas moins de trois heures pour une bonne levée d'hiver !

Pour un pain trop cuit on lui dira qu'il s'est endormi sur le four...


On comptait 8 tourtes pour nourrir 6 personnes pendant une quinzaine de jours. Le pain était gardé dans des râteliers en hauteurs pour éviter encore et toujours l'invasion des rongeurs. Il devenait dur ou moisi suivant le temps mais on le mangeait jusqu'au bout;

 

panier

Il existe des recettes oubliées à base de pain dur.

Elles ont nourri des générations de paysans de la soupe épaisse à y piquer sa cuillère, à des panures de jours de fêtes.

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans personnes et personnalités
commenter cet article
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 02:50

montespaan.jpg

 

Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart, la marquise de Montespan fut une femme influente (1640-1701).

 

Elle rencontre Louis  XIV en 1666 et devient très vite favorite du roi.

Redoutée des courtisans, elle jouit d’une grande influence sur la vie de la Cour. Passionnée par les arts et protégée par le Roi, elle occupe un appartement proche du sien

 

Ils ont sept enfants, dont l’éducation est confiée à la veuve Scarron, future Madame de Maintenon. Six d’entre eux sont légitimés par le Roi en 1673.

 

La marquise de Montespan s’impose dans la vie du Château. Sa cour « devint le centre de la cour, des plaisirs, de la fortune, de l’espérance et de la terreur des ministres et des généraux d’armée », note Saint-Simon dans ses Mémoires. Avec un goût prononcé pour le luxe et les arts, elle couvre ses murs de peintures et fait de son appartement « le centre de l’esprit » de la Cour du Roi. Sous sa protection, sont placés des artistes aussi illustres que Molière, La Fontaine ou le poète Philippe Quinault.

 

Mais après ces longues années de faveur, la Marquise de Montespan peine à s’opposer à ses rivales. Louis XIV l’éloigne progressivement de son appartement et de la Cour. L’habile Madame de Maintenon profite de cette disgrâce pour s’imposer. La marquise, compromise dans la vaste affaire judiciaire des Poisons et négligée par le Roi, se retire en 1691, dans le couvent de Saint-Joseph à Paris. Elle meurt en 1707.

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans personnes et personnalités
commenter cet article
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 04:29

maille.jpg

 

Escale dans le marais mais poitevin cette fois pour  une nuit au calme et une découverte sympathique.

L'art dans les rues n'est pas que pour les villes balnéaires.

A Maillé aussi l'art s'expose...

 

art

 

berger

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans personnes et personnalités
commenter cet article
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 04:51

 

peintre.jpgCharles Atamian est certes né à Constantinople en 1872 mais dès son plus jeune âge il s'intéresse à la culture française.

Apres une formation artistique à Venise il devient chef d'une fabrique de céramiques au palais du sultan turque.

En 1897 il décide de venir vivre à paris et se révèle par la peinture à l'huile.

 

 

Il fut peintre certes mais aussi illustrateur de livres, a écrit des articles dans des revues spécialisées, il a exercé en temps de décorateur affichiste pour le théâtre et fut en plus  un excellent portraitiste.

En 1923, sur les conseils d'un ami il découvre Saint Gilles Croix de Vie, c'est le début d'une belle histoire d'amour.

Pendant 10 ans il va peindre 200 toiles, captant, traquant les lumières, les couleurs, les visages.

 


 

Atamian est hors courant, hors normes, c'est un peintre de la vie

La ville possède 40 œuvres à découvrir absolument.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans personnes et personnalités
commenter cet article
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 03:53

Derrière ce chêne y'a une chapelle  !

Si, si une chapelle dans un arbre creux.

 

chapelle-copie-1

 

vierge.jpg

 

Le chêne chapelle de la Chevasse est remarquable avec ses 14 mètres 50 de circonférence.

Creux à l'intérieur, comme tous les très vieux arbres, il servit d'atelier à 2 sabotiers qui en firent leur échoppe.

Après bien des malheurs : incendies, nid de frelon et travaux de voirie nécessitant de lui couper une partie de ses racines, le voici transformé en chapelle

C'est en 1911 qu'est installée la Vierge.

Beaucoup de naïveté donne à ce site une candeur apaisante.

 

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans personnes et personnalités
commenter cet article
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 01:09

st-copie-1.jpg

 

St Roch et son chien, rue st Roch pour évoquer des pèlerinages, des voyages du moyen âge, des processions, des saints qui guérissent, celui-ci protégera de la peste.

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans personnes et personnalités
commenter cet article
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 02:51

sel.jpg

 

Petit rappel de nos cours d’histoire, les impôts du Moyen-âge et d’après…L'un des principaux impôts est la gabelle, ou impôt sur le sel.

Le roi en ce temps là, a le monopole de la vente du sel, soumise à de très lourdes taxes. La gabelle n'est pas la même partout. On distinguait des provinces de grande gabelle,  petite gabelle, de salines celles qui produisaient le sel, de quart- bouillon. Certaines provinces sont exonérées, d'autres rachètent leur exonération ce sont des provinces rédimés.


C’est le cas du Poitou. 

La Touraine par contre est une province de grande gabelle: le sel est dix fois plus cher : 7 à 8 livres au lieu de 52, juste en face !

L’achat est réglementé, il est limité à 1 minot* pour 7 personnes de plus de 8 ans, avant ils n’ont droit sans doute qu’à de la soupe sans sel !!!


De plus il faut savoir que l’achat dit « devoir du sel » qui ne devait servir qu’ au pot et salière , (j’adore ces expressions !) était obligatoirement acquis dans les greniers à sel royaux.

Une importante contrebande va s’organiser : faux -sauniers contre  gabelous.

 

gabelous.jpg


Les gabelous, collecteurs des impôts du sel, avaient tous les droits : perquisition à n’importe quel moment et n’importe où, droit de mort.

Le premier gué en aval du château de la Guerche à quelques kilomètres, porte le nom de "gué pendu" : deux faux-sauniers y ont été pendus sur place par les gabelous qui les avaient surpris. 

 

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans personnes et personnalités
commenter cet article
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 02:02

carriers.jpg

 

 

Hommes du tuffeau, ils ont travaillé à l'exploitaion massive de la pierre dès le 11 ème siècle.

Ballets des chalands chargés de blocs , vers des chantiers lointains.

 

Le tuffeau se travaille bien, il est humide et tendre. C'est malgré tout un travail penible.

Comme il est lourd le pic à tuf  après quelques heures de frappe !

Les poumons se gorgent de poussière, les éclats blessent et le salaire est maigre.

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans personnes et personnalités
commenter cet article
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 02:00

pierr-blanche.jpg

 

Les carriers travaillent à extraire la pierre, certains lui donne sa forme. Ils seront très nombreux entre le 11 ème et le 15 ème siècle à travailler dans les carrières de pierre meulière mais aussi de tuffeau.

 

Une fois la pierre sortie, les tailleurs vont la subliminer et la faire voyager sur les toues, gabares ou autres bateaux mais sur la Loire elle rejoindra les grands chantiers des bâtisseurs.

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans personnes et personnalités
commenter cet article
2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 02:00

pierre.jpg

 

Par voie d'eau , on transportait tout et n'importe quoi !

Couteaux et chanvre, vin et sel mais aussi du plus lourd comme les pierres, tuffeau ou meulière.

La pierre meulière était extraite sur le plateau du Pinail.

Elles servaient principalement à faire les pierres des moulins à farine.

Pendant des siècles, elles seront réputées pour être les meilleures, jusqu'au  19 ème siècle où la modernisation des moulins mettra fin à son exploitation.

 

meuliere.jpg

Chargée sur des bateaux le voyage est long et perilleux !

Combien de pierres rondes ont échoué dans le fil de la Vienne ?


Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans personnes et personnalités
commenter cet article