Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 05:42

paques-poussins.jpg

 

Joyeuses Pâques à tous

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans cahier de lecture
commenter cet article
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 00:06

bonne-annee.jpg

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans cahier de lecture
commenter cet article
27 novembre 2014 4 27 /11 /novembre /2014 07:53

bib.jpg

 

Vous pouvez suivre l'actualité de la bibliothèque Mose sur la page Facebook que j'anime

 

ou sur le blog

http://bibliothequemose.canalblog.com

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans cahier de lecture
commenter cet article
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 04:26

C'est parti pour la dernière ligne droite. Mon dernier projet de l'année et pas des moindres !

 Le défilé de mode de 1914 à 1918 du 30 novembre se met en place

 Le stress monte...

 

AfficheLEV2014-lesigny.jpg

 

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans cahier de lecture
commenter cet article
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 06:32

eglise-nohant.jpg

 

"Je repris mes sens en entrant dans la cour de Nohant. Ce n’était pas aussi beau, à coup sûr, que le palais de Madrid, mais cela me fit le même effet, tant une grande maison est imposante pour les enfants élevés dans de petites chambres […] C’était la première fois que nous étions reçues à Nohant, ma mère et moi."

George Sand Histoire de ma vie, t. I, p. 585

 

naison

 

En 1847, Maurice et Eugène Lambert inventèrent à Nohant, un théâtre de marionnettes. Le premier castelet fut improvisé avec deux chaises, une serviette et des morceaux de bois habillés, mais très vite ils construisirent un théâtre plus élaboré.

“ Ils ont fabriqué un théâtre de marionnettes qui est vraiment quelque chose d’étonnant. Décors, changements à vue, perspectives, palais, forêts, clair de lune et coucher de soleil transparents, c’est réellement très joli et plein d’effets très heureux. Ils ont une vingtaine de personnages, et à eux deux ils font parler et gesticuler tout ce monde de guignols de la façon la plus divertissante. ”

George Sand à Augustine de Bertholdi, décembre 1848, Correspondance, t. VIII, p. 753

 

marionette.jpg

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans cahier de lecture
commenter cet article
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 01:07

cuisine

 

1815. A la table de Talleyrand

 Le Petit Journal du Passé

 

«Les racines de l’esprit sont dans l’estomac», disait Rivarol et Talleyrand estime lui-même, à juste titre, que la première qualité d’un diplomate, c’est d’être gourmand.


Que ne peut-on régler autour d’une table ?

- Sire, j’ai plus besoin de casseroles que d’instructions écrites, dit-il à Louis XVIII, avant de partir pour le Congrès de Vienne. Et il parvient à convaincre là-bas Metternich de faire toujours servir à sa table des fromages français – du Brie, en particulier, dont il est très friand. Ce n’est pas le moindre résultat de la grande rencontre de 1815.

Le prince avait commencé par inviter ses amis à des soupers fins, où le service était assuré par des ravissantes seulement vêtues, à la grecque, d’une étoffe légère.

Moins ostensiblement fastueux sans doute que Cambacérès, Talleyrand s’affirme très vite comme le roi des amphitryons de son temps. Chez lui, la cuisine est raffinée, à la mesure de son génie et du goût de ses cuisiniers. L’histoire a retenu le cri d’admiration de la pittoresque Mme Sans-Gêne :

- Citoyen Ministre, vous nous donnez là un fameux fricot !

Et la réponse du prince de Bénévent :

- Citoyenne, ce n’est pas le Pérou !


Quatre fois par semaine, Talleyrand donne un dîner de trente-six couverts en son luxueux hôtel de la rue de Varenne.

Un valet en habit à la française se tient, attentif au moindre désir, derrière chacun des convives.

Sur la table, éclairée par dix flambeaux, les entremets sont disposés dans des coupes dorées dès le début du repas. C’est l’usage. Les invités dégustent ainsi du regard les alléchants abricots à la Colbert, les délicates pêches à la Jouvencelle, les succulentes poires à la Cardinal, les tentants massepains au kirsch, les fines croquettes de marrons glacés, les pannequets à la crème méringuée, et les pièces montées de grande allure.


Talleyrand ne dédaigne pas une certaine ostentation.

L’histoire des saumons le prouve. En 1806, le prince avait reçu deux énormes et superbes saumons. Il donna aussitôt l’ordre de préparer ces pièces admirables de la même façon et, au dîner, le maître d’hôtel apporta cérémonieusement le premier à table. Les invités admiraient sans réserve. Soudain, le maître d’hôtel fit un faux pas. Le saumon tomba. Les rires s’éteignirent.

- Maladroit! cria Talleyrand.

Puis, très doucement, et avec un sourire discret :

- Qu’on serve l’autre!

Et le deuxième saumon, plus beau encore que le premier, fit son entrée, au milieu des murmures de stupéfaction admirative.

Cette façon de faire peut sembler aujourd’hui d’un goût assez douteux. Mais, à l’époque, on raffolait des mystifications et le succès du prince de Bénévent fut incomparable.

Le diplomate avait atteint son but : étonner.

 

Cet article provient de 'Le Guide des Connaisseurs'

http://www.leguidedesconnaisseurs.be

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans cahier de lecture
commenter cet article
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 04:20

                                       1er Mai : rien que du bonheur

 

 

   1941720b.jpg

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans cahier de lecture
commenter cet article
20 avril 2014 7 20 /04 /avril /2014 03:33

lapin.jpg

 

Joyeuses Pâques, mes lapins

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans cahier de lecture
commenter cet article
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 04:35

Il est rare  que je parle de moi.

Mais vos messages de sollicitude me font chaud au cœur.

Non Madame Poulbot je n'ai pas mangé de ficaire !

J'aime les herbes folles, j'ai moi-même parfois des grains de folie, mais je sais être humble vis  à vis de la nature….

Et puis j'ai dit pas manger ! Alors…

 

Si je ne passe pas souvent sur vos blogs, je pense à vous, mes amies du net, connues ou inconnues.

Depuis quelques mois, comme tout le monde, j'ai eu des périodes très douloureuses et puis aussi des moments de pur bonheur au bord d'un lac Suisse.

 

voyage-deux-6771.jpg

Des moments de doute et d'incertitude.

Pour celles et ceux  qui me connaissent un peu plus que par blog, j'ai quitté les caves après 7 ans d'une histoire d'amour (ou presque) avec "mes" troglos et ses tisserands de chanvre. Mais l'heure de la retraite n'a pas encore sonné. Finalement, la valeur attend ( peut- être) quand même le nombre des années puisque sur 6 CV envoyés 3 sont revenus avec proposition d'emploi.

Je pars donc vers de nouvelles aventures, sur lesquelles vous pourrez parfois m'accompagner.

C'est que l'on appelle plus communément LA VIE !

Je vous réserve quelques belles surprises et promis je vais vous visiter plus souvent.

 

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans cahier de lecture
commenter cet article
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 10:35

lecture2 6593

 

L'hiver…

L'hiver qui n'en finit pas…le froid. Le silence. L'ennui.

Alix était assise devant sa cheminée dans un fauteuil profond et, du bout de sa canne (une brindille de bruyère que son mari lui avait taillée et polie avec amour) elle triturait les cendres.

Qu'avait- elle à se plaindre, au fond ?

Elle avait une vie tranquille de souris retraitée. Son grenier était plein. Ses enfants avaient tous un métier honorable. Aucun n'était devenu ni voleur, ni drogué, ni indicateur de police non plus. Ni boucher. Et son mari, lui, avait un emploi sûr: il travaillait dans une bibliothèque.

 

Et pourtant elle était sombre, Alix, ce matin.

Elle aurait voulu que ce soit le printemps, tout de suite, là, à l'instant même.

Du soleil, des myosotis et des boutons d'or à perte de vue, sous les pommiers en fleurs, la mer et la plage, le sable, l'eau.

Eh bien non !

Il fallait qu'elle s'y fasse !

Il fallait attendre !

Comme tout le monde.

 

Extrait des lectures faites à  la veillée  hier soir à Vicq.

Le soleil nous a entendu, il est là ce matin ! Enfin !

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans cahier de lecture
commenter cet article