Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 01:10

Pour rejoindre le jardin, passons par le grand escalier.

 

escalier.jpg

jardin

 

roue.jpg

simple2

 

Je ne peux pas tout vous faire voir, le plus simple est d'y aller !

Aire de camping -car gratuite derrière l'office du tourisme.

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans errances
commenter cet article
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 01:07

cuisine

 

1815. A la table de Talleyrand

 Le Petit Journal du Passé

 

«Les racines de l’esprit sont dans l’estomac», disait Rivarol et Talleyrand estime lui-même, à juste titre, que la première qualité d’un diplomate, c’est d’être gourmand.


Que ne peut-on régler autour d’une table ?

- Sire, j’ai plus besoin de casseroles que d’instructions écrites, dit-il à Louis XVIII, avant de partir pour le Congrès de Vienne. Et il parvient à convaincre là-bas Metternich de faire toujours servir à sa table des fromages français – du Brie, en particulier, dont il est très friand. Ce n’est pas le moindre résultat de la grande rencontre de 1815.

Le prince avait commencé par inviter ses amis à des soupers fins, où le service était assuré par des ravissantes seulement vêtues, à la grecque, d’une étoffe légère.

Moins ostensiblement fastueux sans doute que Cambacérès, Talleyrand s’affirme très vite comme le roi des amphitryons de son temps. Chez lui, la cuisine est raffinée, à la mesure de son génie et du goût de ses cuisiniers. L’histoire a retenu le cri d’admiration de la pittoresque Mme Sans-Gêne :

- Citoyen Ministre, vous nous donnez là un fameux fricot !

Et la réponse du prince de Bénévent :

- Citoyenne, ce n’est pas le Pérou !


Quatre fois par semaine, Talleyrand donne un dîner de trente-six couverts en son luxueux hôtel de la rue de Varenne.

Un valet en habit à la française se tient, attentif au moindre désir, derrière chacun des convives.

Sur la table, éclairée par dix flambeaux, les entremets sont disposés dans des coupes dorées dès le début du repas. C’est l’usage. Les invités dégustent ainsi du regard les alléchants abricots à la Colbert, les délicates pêches à la Jouvencelle, les succulentes poires à la Cardinal, les tentants massepains au kirsch, les fines croquettes de marrons glacés, les pannequets à la crème méringuée, et les pièces montées de grande allure.


Talleyrand ne dédaigne pas une certaine ostentation.

L’histoire des saumons le prouve. En 1806, le prince avait reçu deux énormes et superbes saumons. Il donna aussitôt l’ordre de préparer ces pièces admirables de la même façon et, au dîner, le maître d’hôtel apporta cérémonieusement le premier à table. Les invités admiraient sans réserve. Soudain, le maître d’hôtel fit un faux pas. Le saumon tomba. Les rires s’éteignirent.

- Maladroit! cria Talleyrand.

Puis, très doucement, et avec un sourire discret :

- Qu’on serve l’autre!

Et le deuxième saumon, plus beau encore que le premier, fit son entrée, au milieu des murmures de stupéfaction admirative.

Cette façon de faire peut sembler aujourd’hui d’un goût assez douteux. Mais, à l’époque, on raffolait des mystifications et le succès du prince de Bénévent fut incomparable.

Le diplomate avait atteint son but : étonner.

 

Cet article provient de 'Le Guide des Connaisseurs'

http://www.leguidedesconnaisseurs.be

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans cahier de lecture
commenter cet article
15 juin 2014 7 15 /06 /juin /2014 00:51

Antonin Carême donne ses ordres.


antonin.jpg

 

careme-4

La table est mise


salel-a-manger

Nous vous attendons

 menu.jpg


Fin gourmet , Talleyrand eut une table célèbre dans toute l'Europe. Son cuisinier, Carême, qui le servit pendant douze ans et a laissé un nom dans l'histoire de la gastronomie, excellait surtout en pâtisserie qu'il traitait en somptueuses pièces montées. Le maître de maison, lui, excellait dans l'art de recevoir et de traiter ses convives avec un sens délicat du protocole.

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans gourmandise!
commenter cet article
14 juin 2014 6 14 /06 /juin /2014 05:39

invitation.jpg

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans gourmandise!
commenter cet article
13 juin 2014 5 13 /06 /juin /2014 03:24

Au-delà de la beauté de son architecture et de la splendeur de son mobilier, le Château de Valençay est également célèbre pour son histoire.

 

vue-sur.jpg

Pendant plus de 30 ans, il fut la propriété d'un personnage illustre qui l'a marqué de son empreinte : Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord. Poussé par Napoléon, il acquiert en 1803 le domaine de Valençay, pour y recevoir les dignitaires étrangers.

 

220px-Talleyrand_01.jpg

 

Le château connaît alors son heure de gloire pendant près d'un quart de siècle. Personnage hors du commun et homme de goût, Monsieur de Talleyrand remplira à merveille son rôle d'hôte, recevant ambassadeurs officiels, musiciens, peintres...


musique

 

De 1808 à 1814, Napoléon lui impose la présence des Princes d'Espagne en exil. Talleyrand et son épouse, la Princesse de Bénévent, reçoivent dignement les Princes et leur suite, faisant de Valençay une véritable prison dorée.


benavent

En 1813, le Traité permettant à Ferdinand d'Espagne de regagner son trône est signé dans le château. En 1834, après avoir quitté son poste d’ambassadeur à Londres, Talleyrand prend sa retraite à Valençay.


tombeau.jpg


Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans errances
commenter cet article
12 juin 2014 4 12 /06 /juin /2014 04:44

Au coeur du Berry, s'élève l'un des plus beaux monuments de la Renaissance : le Château de Valençay.

Construit à l'emplacement d'un ancien château féodal, cette demeure s'est enrichie au fil du temps.


chateau-valencay.jpg

 Au 15ème siècle, la seigneurie passe à la famille d'Estampes, qui occupe une place importante au sein du royaume. Le fils et successeur, Louis d'Estampes, gouverneur et bailli de Blois sous François Ier fait élever un petit château dès la fin du XVe siècle grâce à la fortune de son épouse, Marie Hurault.

 

porte.jpg

 

C'est à Jacques Ier d'Estampes que l'on doit, en 1520, la construction du château Renaissance, chef-d’œuvre dont le point d'orgue est l'admirable pavillon d'entrée. Majestueux et imposant, ce donjon symbolique est décoré de la manière la plus fine : sa couronne de mâchicoulis est minutieusement travaillée et les chapiteaux de ses pilastres sont ornés des trois ordres classiques : dorique, ionique et corinthien.

 

galerie

 

De chaque côté du donjon, on construit les corps de bâtiment, dont la somptueuse galerie italienne à arcades, ce qui contribue à faire de Valençay, dans la lignée de Chambord, une référence en matière d'architecture de la Renaissance.

 

L'intérieur est richement meublé pour notre plus grand plaisir

 


salon2.jpg

 

salon


Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans errances
commenter cet article
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 04:19

galette.jpg

 

Le week-end commençait très bien mais le faim au ventre, nous décidons de pousser jusqu'a Martizay pour y déguster la fameuse galette au fromage.

Nous irons nous installer sur l'aire de camping-car pour y prendre un peu de repos.

 

aire-copie-3.jpg

 

Pour tous ceux qui s'intéressent à l'archéologie...

musee-archeo.jpg

 

Pas de Jeanne dans l'église, nous nous consolons en admirant la grâce et la douceur de cette magnifique Sainte Solange

 

solange.jpg


Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans autour du clocher
commenter cet article
10 juin 2014 2 10 /06 /juin /2014 05:03

 

 

abb.jpg

 

Ancien prieuré fontevriste du 12 ème devenu la Maison mère des Filles de la Croix, nous avons eu la chance d'arriver par hasard au début d'une visite guidée.

Deux personnage importants dans l'histoire de cette église:


jhf.jpg

 

André-Hubert Fournet. (1752 Saint-Pierre-de-Maillé – 1834 La Puye). La rencontre d'un pauvre sur l'escalier de son presbytère de Maillé transforme sa vie de prêtre. Il s'exile en Espagne durant la Révolution. Revenu en 1797, il célèbre des messes clandestines, notamment aux Petits Marsillys où il rencontre Jeanne-Elisabeth. Canonisé en 1933.

 

elisa

 Jeanne-Elisabeth Bichier des Âges (1773 Le Blanc – 1838 La Puye). Durant la Révolution elle s'est retirée à Béthines. En 1807, la congrégation est fondée pour soigner les pauvres et instruire les enfants des campagnes. En 1820, elle installe sa communauté dans l'ancien prieuré de La Puye, qui va devenir la maison-mère de la congrégation. Béatifiée en 1934, canonisée en 1947.

 

elisabeth.jpg


Superbe promenade dans le jardin du cloitre.

 

cloitre.jpg


Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans autour du clocher
commenter cet article
9 juin 2014 1 09 /06 /juin /2014 04:19

A l'origine, un verger communal et conservatoire planté en 1996 et qui réunit 70 variétés locales de pommes.

Autour des fleurs et un espace d'hébergement et de loisirs (baignade surveillée, jeux, pêche).

 

Aujourd'hui le parc semble un peu à l'abandon mais le lieu est toujours une promenade agréable.

Les arbres fruitiers poussent en silence, j'y ai croisé la reinette de Châtellerault : chair blanc-jaunâtre croquante, fine, juteuse, sucrée, mi- acidulée bonne pour la table, cuisson, jus, confiture.

Je reviendrais en novembre pour la voir mûre.

 

parc

A admirer aussi une collection de rosiers odorants, et pour celles qui comme moi  adore cette fleur: des pivoines magnifiques !

 

Sans doute enivrée par l'odeur des fleurs je n'ai pas vérifié sur place mes photos qui se sont révélées toutes floues

Dommage pour le cardinal de Richelieu, l'Amassou atone ou la cuisse de nymphe il ne me reste que la jachère heureusement fleurie et magnifique !

 

jachere

 

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans jardins d'ici et d'ailleurs
commenter cet article
8 juin 2014 7 08 /06 /juin /2014 04:11

SIROP  DE TILLEUL

 

 250 gr de fleurs  ,1/2 litre d'eau bouillante, 500 gr de sucre

  

 * Faire infuser 8 heures

* Le lendemain, filtrer et ajouter 500 gr de sucre

* Faire bouillir 15 mn.

* Mettre en bouteille et conserver au frais et au sec.

 

 Et pour les lichous au gout plus corsé voici un petit apéritif facile a faire


  VIN DE TILLEUL


1  verre d’eau de vie, 40  feuilles de tilleul, 40  sucres, 1 l  vin blanc

 

 * Faire macérer 40 jours dans le vin et le sucre, mettre au soleil au moins 2 heures pour dynamiser la préparation

* Mettre en bouteille bouchée.

 

  

 

 

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans gourmandise!
commenter cet article