Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 03:47

lavoir-double.jpg

 

L’originalité de ces lavoirs est la présence de plateaux qui montent ou descendent en fonction de la hauteur de l’eau. Ce plancher permet aux lavandières de s’adapter aux crues et à la sécheresse !

On n’hésitera pas à les doter de chaufferie.

On peut voir aujourd’hui encore des foyers permettant de chauffer l’eau, un luxe !

On imagine les ponnes, cuves en terre cuite, remplacées par des ponnes en pierre.


ponne.jpg

 

Munie de sa brosse à chiendent, de son carrosse bourré de paille et de son battoir, la lavandière ajuste le plancher à la hauteur de l’eau. Elle frotte le linge qui a trempé plusieurs heures dans la lessif à base de cendres, il est encore rempli de cette mousse qui décrasse.

Puis, elle va le tremper dans la Dive avant de le battre .

Elle tord et retord les pièces de tissus avec savoir- faire et force.

Puis passe le linge au bleu pour lui faire un blanc éclatant.

Il attendra, sur des tréteaux, un étalage à la lune.

 

femme.jpg

Dessin de Gisèle Manreza

Partager cet article

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans errances
commenter cet article

commentaires

FARFADET 86 14/06/2011 18:53


Oui, toutes ces pratiques d'autrefois nous paraissent bien complexes aujourd'hui... Tout un rituel . La "bughée" ... c'était grande journée fort harassante pour les femmes ... La vie s'imprégnait
de toutes ces odeurs dont les parfums des vertes prairies où l'on étendait le linge ...

D'accord pur le lien à propos de la croix pattée des templiers :
je vous le mets ici :
http://www.mirebalais.net/article-13192429.html
Amicalement
Farfadet 86


eleonor du carloy 14/06/2011 19:16



merci



Chantal 14/06/2011 08:49


Génial....
J'adore, j'en redemande.
Bisous
Chantal


eleonor du carloy 14/06/2011 19:16



lol