Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 05:05

 veillee.jpg

Elle parle des veillées d'autrefois où l'on travaillait en groupe, en chansons, en amusement

 

Celles des éplouneurs de garouil (éplucheurs de maïs), des casseurs de calot (noix), des palissonneurs, des fileuses de chanvre ... Tous s’unissaient en légendes, en chansons, dans l’odeur des crêpes et des châtaignes grillées.”

 “La châtaigne est aussi nécessaire à la réussite d’une veillée que la présence d’un bon conteur et d’une flambée dans la cheminée. Et encore pas n’importe quelle châtaigne. Il nous faut la nouzillade, réputée aiguiser les esprits et les langues. Elle a la blondeur et le satiné des noisettes sauvages, celles que nos anciens appelaient les nouzilles, d’où son nom.

Elle nous rappelle ce que c’était que de “faire godaille”: “Tous nous avons versé le clairet sur le petit fond de bouillon chaud, levé l’assiette à nos lèvres, et bu à même comme des générations de gens parfaitement éduqués l’avaient fait avant nous à cette même table.”

 

Un livre à lire avec délectation pour les nostalgiques du temps passé.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans cahier de lecture
commenter cet article

commentaires