Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 04:19

   perreyeux.jpg

 

    Quel est donc ce mot qui nous semble venu d'un autre temps?

A sa suite, entrons dans un monde très actif....

Bien sûr, on a les creusements primitifs des falaises dans des buts de refuges, de greniers à céréales…

 

     Mais les creusements se sont développés surtout avec le commerce de la pierre

Au 13 ème siècle une forte demande de pierre va se produire avec l’essor de la construction

Artisanal en son début, la taille de pierre va se normaliser et demander un savoir faire qui deviendra vite l’apanage des perreyeux, les tailleurs de pierre

C’est un travail pénible, qui se fait au pic et  demande force et habilité.


     Églises, cathédrales, abbayes, châteaux-forts, ponts… le Moyen-âge fut animé d'un formidable élan bâtisseur.

Paradoxalement, cette dimension importante de la vie économique, sociale et religieuse n'a laissé que peu de traces sur la vie quotidienne des perreyeux

Des documents  nous renseignent sur le déroulement des chantiers, la technologie et l'outillage employés mais peu sur les ouvriers qui semblent être des éléments secondaires. Leur costume laisse a penser qu’ils sont assez pauvre. Pourtant, leur compétence professionnelle les classe comme des ouvriers très spécialisés. Même s’il n'existait ni école ni diplôme.

 

     Le savoir faire s’acquière par l’itinérance, caractéristique notoire des bâtisseurs médiévaux. Ces déplacements ne sont donc pas seulement la résultante de facteurs économiques : c'est en réalité une véritable université ouvrière où s'opèrent ce que nous appelons aujourd'hui des transferts de technologie et d'art, où se forment du même coup les tailleurs, les sculpteurs et les architectes.

Les compagnons ont comme emblème les trois instruments de la géométrie : le compas, la règle et l’équerre

C'est ce monde que nous avons chois pour un jeu de piste, voir sur  uneanneaethnicite.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans saint Rémy
commenter cet article

commentaires

philae 13/06/2010 14:14


très intéressant merci pour le partage


eleonor du carloy 14/06/2010 20:38



bonne lecture



Claire-Cerise 13/06/2010 06:48


Dans notre coin il y en avait beaucoup... à part qu'ici les tailleurs de pierres sont appelés les "carriers"... Ils ont même leur blason gravé dans la pierre au pied d'un calvaire... dommage je ne
peux pas te mettre de lien... mais va donc voir à Logonna-Daoulas sur Internet... sur wikipedia, c'est passionnant ! Bonne journée Eléonor !


eleonor du carloy 14/06/2010 20:38



comme en Anjou



sittelle 13/06/2010 05:23


C'est vrai qu'il n'y a pas de trace de tailleurs de pierre en vallées d'Oise et de Seine, où les carrières étaient immenses (et posent de gros problèmes actuellement, non eentretenues); il fallait
construire Paris, les églises, couvents etc. Et aucun historien local ne semble s'intéresser à leur vie quotidienne; c'est donc bien intéressant chez vous ! bonne journée, amitiés


eleonor du carloy 14/06/2010 20:40



quel dommage, c'est vrai que cela devait être un tas de chantiers immenses, grouillants....un sujet a creuser c'est le cas de le dire !