Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 00:03

14.jpgLes Grands Linges


Le magique soleil sur les hauteurs pensives

 Fait luire et triompher tous ces grands linges blancs 

Qui, chevauchant leur corde au sortir des lessives, 

Y sèchent, tour à tour inertes et tremblants. 

 

Ils apparaissent purs, ardents, frais et joyeux, 

Au loin, flottant rappel des gloires printanières,

Bleutés, rosés, baignés d’azur et de lumière,

Fêtant le paysage, ébouissant les yeux.

 


 

Mais le soir, c’est l’horreur suprême ! car, alors

On dirait invisible un long troupeau de morts,

Spectres rampants enfouis dans leurs grands draps funèbres.

 

Pendant que tout noircit, — là ! restant blancs eux seuls,

Ces linges ne sont plus qu’un rideau de linceuls !

Barrant l’horizon vague où montent les ténèbres.

 

Maurice Rollinat

 



Partager cet article

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans cahier de lecture
commenter cet article

commentaires

sittelle 17/06/2011 10:38


Maurice Rollinat m'évoque une image de lapin... je vais chercher pourquoi dans mes bouquins ! j'aime bien ce poème, tu l'as bien choisi; et tu me donnes bien envie de faire de la teinture... j'ai
teint en bleu très pâle un morceau de vieux drap en métis, bien propre pourtant mais c'est devenu gris-bleu pâle, pas laid d'ailleurs, à croire que le lin a voulu reprendre le dessus !


eleonor du carloy 18/06/2011 08:58



souvent, les teintures sur des vieux tissus ne donnent pas l'effet escompté! cela depend principalement des traitements qu'ils ont subi durant leur vie besogneuse !


parfois on a l'impression qu'ils sont propres et à la teinture de vilaines tâches ressortent comme par magie ! c'est ralant ! je viens d'en faire les frais pour un costume des contées !!!!


 


pour Maurice Rollinat je suis étonnée que tu connaissses car je pensais être quasiment la seule ! c'est un auteur de presque chez nous, je crois qu'il est berrichon !