Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 06:52

B33.gif     D’une façon générale, l’église n’encourage pas les femmes à courir les routes, par crainte de débordements contraires à la morale.

     Vers 1175, l’évêque de Rennes Etienne de Fougères, dans son Livre des manières, raconte comment une femme mariée peut facilement rencontrer un amant : elle se déclare malade, se fait conseiller un pèlerinage et obtient le consentement de son mari.

     Après, à elle la belle vie !

De ce fait, on trouve peu de femmes sur les routes de pèlerinage, leur présence est pourtant parfois évoquée dans les statuts de confréries d’anciens pèlerins.

     La littérature relate également quelques aventures de femmes pèlerins, mais hormis une chambrière de l’hôpital Saint-Jacques-aux-pèlerins de Paris qui, à l’âge de quatre-vingts ans, se lança seule sur les routes, les autres sont presque toujours accompagnées de leur mari ou de chaperons !

Partager cet article

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans cahier de lecture
commenter cet article

commentaires

philae 20/07/2010 16:05


annecdote très intéressante


eleonor du carloy 21/07/2010 07:32



merci



sittelle 20/07/2010 08:08


Tu crois ?... pas sûr; c'est pareil sur l'autoroute maintenant !


eleonor du carloy 21/07/2010 07:33



oui mais tu verras pourquoi je disais chut ....



sittelle 20/07/2010 07:41


Il y avait divers loups tout au long du chemins ! les pires étaient les passeurs des rivières; quand ils te coinçaient dans leur barque entre deux rives, terrible... belle journée, ma Jacquette !


eleonor du carloy 20/07/2010 07:59



LOL...tu vas trop vite en légende....