Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 22:39

Si vous taper coiffe sur le net, vous ne trouverez en première page que la coiffe bretonne

A croire qu’il n’y a qu’en Bretagne qu’on nait coiffer !

Mais le Poitou alors….

 

coiffes.jpg

 

Les femmes ont des coiffes, une par événement ou période de sa vie.

Dés l’enfance, on porte coiffe, drôles et drôlières logés à la même enseigne !

Le drôle jusqu'à 7 ans et la drôlière toute sa vie. 

Ces bonnets peuvent être finement travaillés et particulièrement colorés par rapport   aux coiffes d’adultes qui en Poitou sont de tissu blanc. 

 

grand-mere

 

 

La plus belle coiffe d’une femme est celle de son mariage. Broderie, ruban, bijoux et diverses garnitures la distinguent des autres. Pour ne pas gâcher, elle servira encore le reste de sa vie aux  grandes fêtes.

Avant elle peut aller cheveux libres mais une fois mariée, la femme quelque soit sa catégorie sociale, qui ne doit plus séduire, elle portera coiffe tous les jours cachant ainsi ses cheveux, symbole de désir et de séduction !

La tradition a longtemps voulu que les femmes dissimulent leur chevelure. Déjà vers 1115 avant J.C., le roi d'Assyrie, ordonne que " les femmes mariées qui sortent dans la rue n'auront pas la tête découverte ".

L’église imposera aussi aux femmes de couvrir leurs cheveux.

 

coiffe-poitou.jpg

 


 

Mais la coiffe a aussi un rôle utilitaire, elle  protège du froid, du soleil. Attention a bien sortir couverte car la tête est le siège de toutes les fonctions nobles ….

 

La coiffe de tous les jours est simple,  peu coûteuse, peu fragile, et facile à entretenir.

Chaque village a sa forme.

Pour la paysanne du 18 ème, 19 ème siècle, la coiffe est une façon de se distinguer. Puisqu’on lui impose de cacher sa chevelure, elle cache bien ses cheveux jour et nuit  sous sa coiffe, mais elle va l’orner, la décorer.

 

cayon chatel


 

La coiffe reflète également le rang social. L'aisance financière des paysannes se manifeste par le nombre de coiffures dont elles disposent et aussi par la richesse des broderies, les dentelles, les rubans qui ornent les coiffes.

 

coiffeLa coiffe peut également être signe d'une profession. Ainsi les nourrices en ville se doivent de garder leur coiffe d'origine, image de leur fonction. Dans les familles aisées, on leur fournissait également une coiffe, appelée livrée avec des rubans de couleur qui descendaient parfois jusqu'au sol.

 

Elle rythme la vie. Coiffe de noce aux riches décors, coiffe du dimanche belle mais plus simple, coiffe de tous les jours facile a porter et à vivre et coiffe de deuil…. sans broderie ni dentelle, plus ou moins garnie de noir suivant le degré de parenté avec le défunt.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans cahier de lecture
commenter cet article

commentaires

Claire-Cerise 09/11/2010 08:24


Sympa et intéressant cet article ! Je crois que les bretons savent tout simplement se faire remarquer :+) ! Mais pourquoi donc les cheveux de la femme apparaissent-ils en bonne place si c'est pour
les cacher !?? C'est encore un coup de la gent masculine... misogynie peut-être ! Biz


eleonor du carloy 26/11/2010 13:53



je le crains et jaloux avec ça !!!