Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 01:46

Tout à coté, résonne le marteau du tonnelier.

Une bonne odeur de chêne monte du bois.

 

tonnelier.jpg

 

Il confectionne les fûts  utilisés pour contenir et laisser vieillir les alcools tels que le vin, le cognac....


Un joli métier et tout autour, un joli vocabulaire : galopin, fillette, pipe, foudre….

Mots si souvent prononcés et aujourd’hui presque oubliés !

 

 

Le galopin        0,23 litre

La chopine        0,46 litre

La pinte            0,93 litre

Le pot   1,83 litre

Le setier          7,43 litres

Le broc            8 litres

Le petit fût      50 litres

La demi-pièce   110 litres

La fillette        134 litres

Le bussard       200 litres

La pièce           220 litres

Le muid            268 litres

La pipe             400 litres

La tonne           1000 litres

Le foudre         plus de 11500 litres

 

Et la part des anges dans tout ça ?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by eleonor du carloy - dans personnes et personnalités
commenter cet article

commentaires

jeanne-marie 29/07/2011 09:01


En Anjou, la fillette est une petite bouteille de 33cl, je crois.


eleonor du carloy 30/07/2011 21:58



je crois



louison 20/07/2011 16:49


çà me rapelle un musé que j'ai visité en auvergne près de la bourboule.il y avait une rue pavée avec des boutiques reconstituées .


eleonor du carloy 22/07/2011 09:33



oui, je connais...celui ci est beaucoup plus grand ! a voir, c'est pas loin de chez nous !



Claire-Cerise 20/07/2011 09:10


Ce sont des mots qui chantent ! N'empêche... tous ces vieux métiers sympathiques donnaient de la vie aux villages et faisaient sortir les gens de chez eux ! Bizh !


eleonor du carloy 22/07/2011 09:34



oui c'est vrai que la mort des petits métiers a signé la mort des bourgs mais aussi la mort du savoir faire! il en reste si peu qui connaissent encore la façon de pratiquer et les mots qui
chantent avec! nousperdons aussi une très grande part de la richesse de notre vocabulaire